dimanche 19 juillet 2009

Autres développements de la journée du 19 Juillet 2009

- Premier couac majeur dans la formation du nouveau gouvernement Ahmadinejad : Esfandiar Rahim Mashaei, ancien ministre du tourisme et nouveau premier Vice Président, à peine nommé, a dû démissionner sous le feu des critiques émanant du camp conservateur. Monsieur Ahmadinejad gêne décidément de plus en plus son propre camp! Rahim Mashaei avait été très critiqué l’année dernière pour avoir dit que l’Iran n’était pas ennemi avec le peuple d’Israël. La décision de le nommer au poste de premier VP a causé une véritable fureur au sein du camp ultra conservateur. Il y a eu de nombreux appels à démission et des menaces.


- L’ancien président Khatami demande que la légitimité du gouvernement soit soumise au verdict populaire et au référendum. Il propose également que le référendum soit organisé sous l’égide d’un organe neutre et impartial tel que le Conseil de Discernement. Il a estimé que les propos de Rafsanjani étaient nécessaires pour apaiser le climat ambiant et permettre un nouveau départ. Mais il a qualifié les conditions proposées par Rafsanjani de "minimales".


- BBC Persian : le dernier employé emprisonné de l’ambassade britannique à Téhéran, Hossein Rassaam, a été libéré aujourd’hui après le paiement d’une caution d’environ 100 000 dollars (le dossier judiciaire n’est donc pas fermé). Son avocat a confirmé sa libération de la prison d’Evine. David Miliband, Secrétaire au Foreign Office, s’est réjoui en confirmant qu’il a été en permanence en contact avec Manouchehr Motaki et que cette libération a été l’une des priorités du gouvernement britannique pendant ces dernières semaines.
Tout est bien qui finit bien. Reste à savoir si l’Union Européenne va à présent muscler sa politique vis-à-vis de Téhéran.


- Arash Hejazi, médecin et écrivain, qui avait essayé de sauver Neda Agha-Soltan, confirme que la photo de la carte du basiji publiée sur internet correspond bien aux caractéristiques de l’assassin de Neda. Il précise aussi que lorsque les gens ont arrêté cet homme, il criait "je ne voulais pas la tuer" et il était possible de noter qu’il portait sur son dos des traces de blessures anciennes. M. Hejazi voudrait que ces traces soient utilisées pour identifier l’assassin de Neda.




- Selon le Guardian, l’armée iranienne a arrêté 36 officiers qui voulaient participer à la prière du vendredi 17 Juillet dans leurs uniformes militaires dans un geste de défiance et de protestation politique. Ces officiers voulaient montrer leur solidarité à l’égard du mouvement de contestation. Ces officiers ont été arrêtés par des agents de renseignement de l’armée. Peiknet, un site en Farsi, affirme que les officiers avaient convenu de se rendre à la prière du vendredi lors d’une réunion à la mosquée Shah Abdolazim, située à Shahr-e Rey au sud de Téhéran. Ils voulaient, d’après le site, protester contre les exactions commises par le régime. Le site fournit aussi 24 noms.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire